Port USB 3.1 et connecteur iPhone Lightning : peut mieux faire !

La nouvelle spécification de l’USB, qui sera la version USB 3.1 et le nouveau connecteur iPhone disponible à partir de l’iPhone 5 (dit Lightning) ont un point commun : ils sont réversibles. Il n’auront pas de sens. Ou plutôt si, ils pourrons être insérés selon deux sens, donc réversibles, contre un seul actuellement. C’est un réel gain pour l’utilisateur.
Allons plus loin. Pourquoi ne pas proposer un connecteur n’ayant aucun sens particulier ? Au lieu de limiter à 2 positions possibles, on pourrait très bien imaginer un connecteur cylindrique, ce qui permettrait une amélioration de l’usage encore meilleure. Ce ne serait ni plus ni moins qu’un format jack étendu.
jack-4-pins

Problème technique ? Enjeux d’entente dans le cas du protocole USB ou lobbying de la part des constructeurs de câbles misant sur Obsolescence programmée ?

Quelle utilisation du digital pour l’Exposition Boucheron à l’occasion des 120 ans de présence place Vendôme ?

Pour célébrer les 120 ans de sa boutique place Vendôme, la maison Boucheron proposait du 15 au 25 octobre 2013 l’exposition « Ombre et lumiere« . Accessible sur rendez-vous au 26, place Vendôme, elle était composée de 8 magnifiques photographies (qui ressemblent à s’y méprendre à des peintures) de l’artiste Hiroshi Sugimoto. Quelles utilisations cette exposition a-t-elle eu du digital ?

boucheron-exposition-vendome

Lire la suite

[Réalisation] La Bonne Alerte, système de notification par mail des annonces du bon coin

« La Bonne Alerte » est un projet mené durant l’été 2012. Il s’agit d’un système de notification par email des annonces publiées sur le site leboncoin.fr. Ce service notifie l’utilisateur dès qu’une annonce publiée sur leboncoin.fr correspond à ses critères de recherche.

« La Bonne Alerte » est un projet né d’un vrai besoin. Un jour où je souhaitais acheter sur « Le Bon Coin », j’ai eu le besoin d’être notifié par email des annonces publiées sur le site afin de ne pas avoir à y retourner régulièrement : « La Bonne Alerte » était née !

Lire la suite

Les vitrines du Bon Marché mettent à l’honneur Louis Vuitton et le sac Sofia Coppola

Du 21 septembre au 26 octobre derniers, le sac SC (Sofia Coppola) et Louis Vuitton étaient à l’honneur des vitrines du Bon Marché. Un travail admirable qui met en valeur le sac et la marque. On est plongé dans un univers rose / rouge / fuchsia fait de cerises, de coeurs … et même d’une biche !

A admirer sans modération.

louis-vuitton-sofia-coppola-15

louis-vuitton-sofia-coppola-1

Lire la suite

Conférence Luxury 2.0 du Hub Forum 2013

hub-forum-luxury-2.0

Des intervenants de haut vol, une organisation impeccable et un environnement propice aux échanges, le Hub Forum 2013 du 10 et 11 octobre dernier était à la hauteur de ses promesses. De ces deux journées de conférences, mon coeur attribue la palme à celle consacrée au Luxe. Retour en tweets sur l’intervention d’Isabelle Fagianellli (LVMH) et Bruno Alazard (Estéé Lauder) modérée par Isabelle Musnik (INfluencia).

Le Luxe est-il en retard par rapport aux autres industries ?

Lire la suite

Le concept store Karl Lagerfeld du 194 boulevard Saint Germain sous toutes ses coutures

Au 194 Boulevard Saint Germain a été inauguré en mars dernier le tout premier concept store de Karl Largerfeld. J’avais depuis longtemps envie de découvrir à quel point les innovations technologiques annoncées pouvaient se marier avec l’expérience de shopping. Voici ce que Karl (et son agence Emakina) nous a réservé :

Je commence par le dispositif le plus plus disruptif et le plus sympa à utiliser. Au sein de la cabine d’essayage, intégré dans la cloison se trouve un iPad. Celui-ci vous invite à vous photographier. Cette photo peut ensuite être partagée via Twitter, Facebook ou par Email. On prend soin de vous préciser qu’à l’issu du partage sur les réseaux sociaux, vous serez déconnecté(e) : l’exposition de sa vie privée à ses limites !

Photo de l'iPad qui vous prend en photo !

Photo de l’iPad qui vous prend en photo !

Bien évidemment, je n’ai pas résisté à l’envie de faire joujou avec. Je ne suis pas allé jusqu’à partager sur les réseaux sociaux. Je me suis contenté d’un sobre envoie à mon adresse mail, en Noir et Blanc : Karl style oblige !

Un iPad intégré à la cloison permet de se photographier

Photo prise depuis l’iPad de la cabine d’essayage et envoyée sur mon email.

Après cette séance photo fort distrayante, je me suis intéressé à l’iPad déposé nonchalamment sur une banquette. Après m’être assuré qu’il s’agissait bien de l’iPad du magasin, j’ai parcouru les divers rubriques. L’inscription à la newsletter, les vidéos, l’accès au site Karl.com, les nouveautés, les Kollections (homme et femme) ainsi que le livre d’or. Mon attention s’est portée sur les Kollections ainsi que le livre d’or.

L'iPad à disposition fait le pont entre le site et le magasin

L’iPad à disposition fait le pont entre le site et le magasin

Rubrique Kollections

Cette section vous permet de parcourir les Kollections de la marque. Rien de particulièrement innovant (on aurait pu imaginer pouvoir changer simplement le modèle de veste ou de pantalon afin de choisir sa combinaison). L’originalité se situe dans le fait qu’il est possible de faire profiter de sa navigation en projetant l’écran de l’iPad sur un grand écran. Un bouton vous permet d’ »Afficher sur l’écran LCD« . L’idée est sympa, surtout quand ont est plus de 2. Petit bémol, passer d’un modèle à un autre devient compliqué dans ce mode. Un geste en forme de zigzag sur l’écran est nécessaire. Mais seul Karl et les vendeurs sont en mesure d’exécuter ce mouvement compliqué ! Pas grave, j’avais déjà vu ce que je voulais, je passe à la rubrique Livre d’Or.

Livre d’Or

C’est l’exemple type d’innovation qu’on a envie de voir dans un magasin connecté. Le livre d’or permet de laisser un mot, mais en plus on peut se prendre en photo. Apparemment cela plait bien. Il y avait beaucoup de photos, des photos rigolotes, notamment avec une petit figurine de Karl (en vente dans le magasin). Un autre outil permet de trouver la tenue parfaite, c’est l’écran tactile fixe.

Ecran tactile fixe

Dernier équipement 2.0 que j’ai pu tester : l’écran a disposition dans chaque pièce, fixé, et permettant d’afficher des tenus complètes. Très similaire à la rubrique Kollections. Là aussi, le principe est très sympa puisque que les propositions de combinaisons vous aident à trouver l’inspiration. Cependant, sauf erreur de ma part, les modèles proposés sur l’écran d’une salle ne correspondaient pas au vêtements et accessoires disponibles dans la salle en question. Dommage.

Naviguez parmi les Kollections afin de trouver la tenue parfaite !

Naviguez parmi les Kollections afin de trouver la tenue parfaite !

Je ressors du magasin avec un sentiment plus que positif. J’ai vécu une expérience, que j’ai eu l’occasion de partager avec mes amis à de multiples reprises.

Que pensez de cette expérience, d’un point de vue marketeux ? Je vois deux caractéristiques des concepts store particulièrement intéressantes.

Les objets connectés permettent au client, s’il le souhaite, de prendre un peu de distance par rapport aux conseillers magasin puisqu’il peut se renseigner tout seul, avancer à son rythme dans la découverte de la marque. Il est plus indépendant, prend ses marques à son rythme. Je fais ici référence à cette nouvelle clientèle qui ne connait pas bien l’univers du luxe et qui souhaite y prendre part. Le marché du masstige que les marques de luxe ciblent.

Un concept store confère une image innovante à la marque. C’est indéniable. Je n’irais pas jusqu’à dire que les tablettes à disposition nous font rompre avec nos habitudes de shopping. Mais ces objets connectés étendent grandement l’expérience d’achat, et de partage de cet acte avec nos proches.

L’expérience client, qu’elle soit en possédant la marque ou lors de l’achat en magasin, étant de plus en au centre des préoccupations marketing, le concept store semble le chemin inéluctable des marques de luxe.

Soirée de lancement du Hub Forum et Innovation Week 2013

Hier soir, lundi 8 juillet, se tenait la soirée de lancement du Hub Forum et de l’Innovation Week 2013. L’entreprise pour laquelle je travaille étant partenaire, j’ai eu le plaisir d’y participer. Au programme, un agenda dense, un contenu riche et des internenants de premier choix !

Présentation du Hub forum et Innovation week 2013 par Emmanuel Vivier et Vincent Ducrey

Présentation du Hub forum et Innovation week 2013 par Emmanuel Vivier et Vincent Ducrey

Cette 4ème édition de l’évènement qui « Connecte les influenceurs digitaux à travers le monde » sera à la hauteur de ses ambitions : 1 000 participants et plus de 70 speakers. Parmi lesquels, les têtes d’affiches que sont Jacques-Antoine Granjon (Vente privée), Benoit Gourdon (Néolane) ou Marc Lolivier (FEVAD). Emmanuel Vivier et Vincent Ducrey, fondateurs du Hub forum, nous ont détaillé un programme bien chargé. Des thématiques de conférences qui donnent déjà envie d’y être. Je pense par exemple à Sport & Digital : turning passion into engaged communitiesRetail 2.0 & online to store ou bien encore Digital in Fashion, Beauty & Luxury.

Connectons-nous les 10 et 11 octobre prochains !

Retour sur la fête de l’entrepreneur 2012

Hier, lundi 12 novembre, se tenait à l’ESCP la fête de l’entrepreneur 2012. Au programme, 8 ateliers sur la création de leur start-up par les fondateurs eux-mêmes (notamment Jimmy Fairly, Cookening, Leetchi), la baptême de l’entrepreneur permettant de présenter son projet et d’avoir un retour et des conseils,  une conférence sur le thème de l’entrepreneur et l’indigné, un hackathon suivi par une soirée.

J’ai personnellement assisté à l’atelier Cup of Teach de Cédric Giorgi sur la thématique de « L’importance de l’écosystème pour un entrepreneur. » ainsi qu’à la conférence sur l’entrepreneur et l’indigné.

Cédric nous a donc livré ses précieux en nous décrivant son parcours sous le prisme de l’écosystème. Dans la définition de Cédric, l’écosystème est en fait la combinaison de réseau et de son animation. J’ai retenu 3 facteurs importants :

  • L’implication et la cohérence : s’insérer dans une communauté, c’est à dire dans un groupe intéressé par un sujet donné, dans son cas le Web 2.0
  • Provoquer la rencontre, se faire connaitre : ne pas hésiter à se manifester et contacter les personnes avec lesquelles on pense avoir des points en commun voire des intérêts communs (mais pas forcément)
  • Donner pour recevoir : consacrer 10% de son temps à aider en partant du principe que cette aide nous reviendra par ricochet, par forcément par les personnes que l’on a aidé mais par des membres de la communauté, du groupe.

La conclusion est que la chance et les rencontres sont les ingrédients indispensables à un bon écosystème, et parce qu’ils sont imprévisibles, il faut les provoquer.

J’ai ensuite participé à la conférence sur « L’entrepreneur et l’indigné », à l’occasion du livre « L’entrepreneur et l’Indigné, deux façons de changer le monde« , qui était en fait une table ronde à laquelle participaient Thierry Marx (le chef étoilé, père de la cuisine moléculaire et jury de l’émission Top Chef sur M6), Phillippe Hayat (entrepreneur et investisseur via Serena Capital), Gilles Vanderpooten (journaliste et co-auteur du livre « Engagez-vous ! ») et Susan Georges (écrivaine franco-américaine alter-mondialiste). Même si le sujet semblait indiquer une forme de réconciliation entre l’univers de l’entrepreneur et celui de l’indigné, ce n’est pas ce que les intervenants ont véhiculé.

Les indignés ont en effet dénoncé le système, rappelant que les banques ont du être sauvées à coups de milliards, ou que certaines entreprises du CAC40 ne payent pas les impôts qu’elles devraient. Le message des entrepreneurs était quant à lui, même s’ils dénoncent également les abus de grands groupes, de se concentrer sur ce qui est actionnable, sur ce que chacun peut, à son niveau, et via l’entreprise, changer. Une responsabilisation individuelle, afin que chacun se dise « c’est possible, je peux tenter le coup ». Bien sûr, et ceux qui gravitent dans le monde de l’entrepreneuriat le savent, il n’a pas été question d’argent mais de construction commune, d’aventure humaine et de passion. Un discours très enthousiaste, bien agréable dans un contexte de crise et d’austérité !

La fête de l’entrepreneur a été un moment très agréable et je la recommande vivement à toute personne. Ceux intéressés par l’entrepreneuriat seront heureux de réseauter, et d’échanger avec leurs semblables, les autres, ceux ayant en horreur l’entreprise, avec des avis négatifs, seront surpris de rencontrer des gens qui comme eux, souhaitent s’impliquer afin d’avoir un véritable impact sur le monde.

Dispositif Social Media dans le Luxe avec Longchamp : Oh! My Bike

Dans ce dispositif de Longchamp, on sent un réel effort de socialisation des contenus, cette approche éditoriale qui consiste à diffuser sur les médias sociaux tout type de contenus (vidéos, photos, textes, etc.). Pourtant,  sur cette opération, l’utilisation des divers réseaux sociaux fait rappelle plus une campagne de communication traditionnelle qu’un véritable dispositif médias sociaux. À ce titre, elle permettra d’illustrer les difficultés auxquelles les marques de luxe sont confrontées lorsqu’il s’agit d’investir les medias sociaux.

La campagne Oh! My Bike sur la page d'accueil du site de Longchamp

« Oh! My Bike » est le troisième volet d’une série de campagnes publicitaires, après « Oh! My Bag » et « Oh! My Dog« . Sortie le 6 septembre, elle met en scène deux égéries que sont Coco Rocha et Emily DiDonato dans les rues de Paris, afin de promouvoir la nouvelle collection automne-hiver 2012 du maroquinier de luxe. A l’occasion de cette campagne, la marque a lancé son compte Instagram, diffusé des photos sur le compte FlickR de sont agence Influence Digitale ainsi que sur son compte Pinterest. Du street marketing faisait également parti du dispositif, des pousse-pousses étaient habillés aux couleurs de la campagne.

De multiples réseaux sociaux ont été utilisés, permettant ainsi de couvrir au maximum la cible des consommateurs de luxe. Cependant, il ne met pas en œuvre d’échanges avec les internautes dans la mesure où aucune action n’est nécessaire : aucun vote, aucune proposition issue de la marque ni de jeux concours ne sont présents. Emmanuel Vivier, au sujet de l’utilisation des médias sociaux comme un média traditionnel évoque une « déclinaison léchée mais très “top down“ » (source : Revue INfluencia Le Luxe, juillet / septembre 2012).

Cette campagne nous montre une fois de plus que la conquête des territoires de la communication 2.0 n’est pas chose aisée pour les marques de luxe.

Customer Insights : Ces Consommateurs qui Donnent de leur Temps

La catégorie « Customer Insight », ce sont des citations de vrais consommateurs. Aujourd’hui, la citation porte sur la contribution que certains consommateurs apportent. On peut effectivement se demander pourquoi certaines personnes vont donner de leur temps, sans aucun gain potentiel (apparent) à la clé :

… Il n’y a pas de récompense matérielle, tu ne gagnes rien, mais les gens n’ont pas forcément tout le temps envie de gagner des choses. On a envie d’être reconnu, d’avoir un récompense morale de ce qu’on a fait : « j’ai été élu le meilleur du concours parmi 3000 personnes, ou par le jury », tu as un certaine fierté. Après, je ne sais pas, peut-être qu’ils donnent des places pour assister à la dernière Fashion Week, tant mieux. Mais je pense qu’aujourd’hui, les gens ont besoin de cette reconnaissance et récompense. De toute façon, ce sont des gens, des amateurs, qui aiment bien faire des films, ils sont à fond dans leur truc. Ils disent « je vais participer à un concours d’une marque de luxe », cela donne une autre dimension à ma passion, cela m’élève en fait.

Le 25 octobre 2012 au sujet de l’opération Louis Vuitton Journeys Awards.